21/04/2016

Santé et prévoyance : que couvre le RSI ?

image2.jpeg

Le Régime Social des Indépendants (RSI) est la caisse d’assurance qui est en charge de l’encaissement des cotisations et du paiement des prestations de santé et prévoyance des travailleurs non-salariés (TNS). C’est donc l’organisme qui assure la protection sociale de base des travailleurs indépendants. Il se présente sous la forme d’un réseau de 28 caisses primaires. En récoltant des informations sur le site prévoyance d'AGIPI, voici en quelques mots ce que couvre le RSI en santé et prévoyance.

Qui peut s’affilier au RSI ?

Doit s’affilier au RSI tout travailleur indépendant qui exerce une activité professionnelle artisanale, commerciale ou industrielle. Peuvent s’affilier à ce régime, certains mandataires sociaux tels que les gérants uniques ou les gérants majoritaires. Cette affiliation optionnelle est possible sur demande des personnes intéressées, et celles-ci verseront leurs cotisations aux caisses dédiées en fonction de l’objet de leur entreprise.

Les missions du RSI

Le RSI est l’interlocuteur social unique des travailleurs non-salariés. Cette mission d’interlocuteur unique est détaillée dans une circulaire publiée par le RSI.

De façon concrète, le Régime social des indépendants a pour missions de base de :

  • Collecter les cotisations et contributions des travailleurs indépendants (Cotisations pour les différentes garanties proposées, la contribution à la formation professionnelle et les cotisations des professions libérales).
  • Verser les prestations de base aux travailleurs indépendants ou leur ayant-droits en maladie, maternité, retraite, invalidité et décès.

D’autre part, le RSI met en place différentes opérations de sensibilisation et de prévention des risques de santé à l’intention de ses affiliés, tout au long de la carrière de ces derniers. Ces actions diffèrent en fonction de la nature de l’activité professionnelle de chaque travailleur indépendant.

Pour son rôle administratif, le RSI est chargé de définir les modalités et conditions de recouvrement amiable ou contentieux, ainsi que les orientations en matière de législation applicable et l'action sociale du régime.

Les prestations versées par le RSI

Dans le domaine de la santé, le RSI garantit le remboursement des dépenses médicales engagées par ses affiliés dans les mêmes conditions que le régime social des salariés. Les indemnités journalières en cas de cessation d’activité ne sont versées qu’aux commerçants et artisans selon un taux forfaitaire défini annuellement.

Quant au régime de retraite de base, il s’aligne sur celui des salariés. La retraite complémentaire est quant à elle équivalente à celle des salariés non cadres, et n’est réservée qu’aux commerçants et artisans.

Pour les invalidités, le TNS perçoit suivant un barème dégressif au fil des ans, des indemnités compensatrices de revenus en cas d’incapacité totale. Une pension d’invalidité de 50% du revenu annuel moyen, limité au PASS est versé si l’invalidité est absolue et définitive.

En cas de décès de l’assuré, le conjoint survivant peut recevoir une pension de réversion ou un capital décès aux ayants-droit, équivalent à 20% du plafond de la sécurité sociale en vigueur.

12:06 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0)

09/04/2015

Le constructeur auto Maserati diminue sa production

C'est avec surprise que Maserati a révélé cette année la légère diminution de sa production. En effet, c'est de sources sûres que l'on a appris la nouvelle, puisque c'est un responsable de la firme qui l'a annoncée. Frederico Bellono a ainsi déclaré : La société avait prévu une production comprise entre 30.000 et 35.000 véhicules à Grugliasco cette année. Je pense que nous serons plus proches des 30.000." (Source Turbo)

C'est une information assez surprenante, lorsque l'on sait que la société de construction automobile a réalisé des ventes très encourageantes en 2014, (à savoir 36.448 unités) ce qui représente une hausse de 136 % par rapport à l'année précédente.

maserati.jpg

Crédits Photo : Largus.fr

Comment peut-on expliquer ce ralentissement dans la production ?

La raison est à chercher tout simplement du côté de la demande. C'est le marché principal de Maserati qui semble bouder les véhicules italiens : les États-Unis. En 2014, ce marché était responsable de l'achat d'environ 13.000 véhicules Maserati. Pourtant depuis le début de l'année, les ventes ont reculé de 33 % sur cette partie du globe... Les consommateurs sont-ils découragés par la baisse de leur pouvoir d'achat ?

Il est encore impossible de tirer des conclusions de cette diminution de la vente, mais les utilisateurs habituels de Maserati se sont peut-être tournés vers des voitures d'un genre différent.

En effet, la firme italienne Maserati (fondée en 1914 par les frères Maserati), est exclusivement spécialisée dans la construction de voitures de sport et de course. Ce sont les deux modèles phares du moment : la Ghibli III et la Quattroporte sixième génération, (commercialisées toutes les deux en 2013), qui accusent une baisse significative de vente aux États-Unis.
Les consommateurs se sont peut-être lassés de ces modèles, leur préférant des lignes et des courbes moins rondes et moins effilées. Ou peut-être qu'ils doivent revoir à la baisse leurs exigences au niveau automobile, afin de favoriser des véhicules plus fonctionnels et moins coûteux ?
Ce ne sont que des hypothèses, car il est encore trop tôt pour tirer de réelles conclusions vis-à-vis de cette baisse surprenante de la demande.

De plus, on peut voir dans ce ralentissement de la consommation un effet naturel et courant dans ce milieu.

Sergio Marchionne, administrateur délégué de Fiat Chrysler Automobiles, explique : "Nous savions que les ventes ne pourraient pas croître ainsi indéfiniment. Elles devaient ralentir et se stabiliser. C’est ce qui se produit actuellement (Source ccfa.fr).

A prendre en compte également : l'arrivée sur le marché de 6 nouveaux modèles d'ici 2018, ce qui devra relancer la demande de manière conséquente.

16:13 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0)